Cher Ernesto,

J’ai longtemps hésite à vous écrire car il n’est pas dans la philosophie de l’IPPNW de prendre parti et de décider des responsabilités respectives de l’un ou l'autre dans un conflit armé. Ils sont souvent tous deux en faute. Ils n’acceptent pas assez l’idée que les différents doivent être résolus par des négociation et des concessions réciproques équilibrées. D’ailleurs, je sais combien vous êtes vous-même désireux d’une coexistence pacifique entre les deux peuples qui doivent, de toute façon vivre côte à côte sur le territoire limité de la Palestine.

Mais je me demande si même vous, qui vivez à Tel Aviv, vous vous rendez compte que l’actuelle action de votre armée a un impact terriblement négatif sur l’image internationale d’Israël. Envahir une pays voisin qui ne vous a pas attaqué, y créer un immense chaos, tuer ou blesser par milliers des gens qui n’ont pas participé aux attentats dont Israël se plaint, a un effet profond sur l’opinion publique européenne et peut éventuellement réveiller l’ancien antisémitisme (si odieux et absurde qu’il soit) qui était en train de lentement disparaître. Le prétexte pour la présente action (deux soldats kidnappés) est ridicule, quelque inconfortable que soit leur situation ; apparemment, ils n’ont pas été assassinés. Cela valait-il la peine de tuer des centaines, de blesser des milliers d’innocents et de détruire toute une nation convalescente d’une longue guerre civile ?

De plus, le bombardement aveugle de routes, de ponts, des services d’aéroports, etc. est toujours terriblement contreproductif et renforce la sympathie et le support hésitant que le peuple libanais donnait au Hezbollah. Ce genre d’actions est une erreur psychologique militaire qui n’est pas spéciale à Tsahal. La plupart des armées ont eu recours à de telles actions, cruelles et stupides. Depuis la seconde guerre mondiale et jusqu’aujourd’hui, le déroulement de tels faits a régulièrement prouvé que ces bombardements sans merci accroissent l’hostilité envers ceux qui les commettent et entraînent un désir, non de paix, mais de vengeance. Et aujourd’hui, nous apprenons à la TV le large emploi de bombes à fragmentation et d’autres mécanismes qui tueront encore plus de civils. Les armées, toutes les armées, doivent être tenues en main par des autorités civilisées. Manifestement, ce n’est pas le cas cette fois.

Vous-même et les autres Israéliens pacifiques ont le devoir d’avertir leurs compatriotes et d’essayer d’arrêter votre gouvernement dans cette folie. La sympathie pour votre pays s’effondre rapidement ici, même dans des milieux juifs. Et l’administration américaine, la seule qui supporte cette politique insensée, est forcée de nuancer sa position.

Fort peu de gens chez nous approuvent la violence aveugle des attentats que Hezbollah emploie pour la défense de la cause palestinienne. Cependant, nous nous souvenons aussi que vos gouvernements successifs ont affirmé leur bonne volonté à discuter de paix, mais pas avec Arafat lui-même, avec d’autres négociateurs. Et après sa mort et la défaite de son parti lors d’élections régulières, ils se déclarèrent de nouveau prêts à parler à n’importe qui, sauf aux vainqueurs de ces élections (Hamas). Quand vous voulez vraiment faire la paix, c’est avec l’ennemi comme il est qu’il faut parler, pas avec un interlocuteur choisi sur mesure.

Et pour faire la paix, il faut au moins montrer quelque bonne volonté et être prêt à abandonner quelques illusions auxquelles tient une partie de votre électorat (la "terre promise" à Israël de toute éternité, l’extension continue des  colonies depuis des décennies, etc.). Tout accord doit être équilibré. L’Europe ne soutiendrait pas un Israël qui déclancherait une guerre de civilisations.

H. Firket

---------------------------------------------

Dear Ernesto,

I have long hesitated to write to you for two reasons: It is not in the philosophy of IPPNW to take sides and pronounce on the responsibility of one or the other opponent in an armed conflict. They are usually both at fault because they have not been willing enough to solve their problems by negotiations and reasonable concessions. Second, I know you are personally dedicated to the peaceful coexistence of the two nations who have anyway to live side by side on the relatively small Palestine territory. 

But I wonder if even you, living in Tel Aviv, realize the terribly negative impact of the present military actions of your army has  on the international image of Israel. Invading a neighbouring country that has not attacked you, creating there an immense chaos, killing or wounding thousands of people who have not participated in the hostile acts Israel protests against, has a profound effect on public opinion in the whole of Europe and may eventually reawake the old anti-Semitism (odious and absurd as it is) that was slowly dying. The pretext for the present action (two kidnapped soldiers) is ridiculous, however uncomfortable it may be for them.  Apparently, they have not been murdered. Is it worth killing hundreds, wounding thousands, all innocents, and destroying a whole nation recovering from a long civil war ?

Further, the indiscriminate bombing of roads, bridges, airport services, etc. is counterproductive and reinforces the sympathy and half hearted support the Lebanese population gives to Hezbollah. This type of action is a psychological error that is not proper to Tsahal. Most armies resort to similar cruel stupidities. From the Second World War onwards, the analysis of the facts has repeatedly proved that such ruthless and indiscriminate bombings increase the hostility towards their perpetrator and produce an urge for revenge, not a desire for peace. And to-day, we hear on TV about a large use of fragmentation bombs and other devices killing civilians. Armies, all of them, must be kept in check by civilised authorities. Obviously, it does not seem to be the case in the present instance.

You and other Peace loving Israelis have a duty to warn your compatriots and try to stop your government in this folly. Support for your country,  (who had a considerable capital of sympathy at first) is rapidly waning, even among some of our Jewish friends. And the American administration, the only one supporting throughout your government mad policy, will be forced to change their stand.

Very few people in our public opinions approve of the violent acts Hezbollah uses in defence of the Palestinian cause. But we remember that your successive governments have repeatedly declared  their readiness to discuss peace, but only with negotiators of their own choice, not with Arafat; and after his death and the defeat of his party at reasonably fair elections, they again agreed to talk to anyone but the new victors .When you really want to make peace, you must talk with the enemy as he is, not with an adversary picked up for convenience. The official Israeli stance looks totally hypocritical.

To make peace, your authorities should at least show good will and, in order to reach a deal, abandon some illusions cherished by part of your electorate (God given “promised land”, expansion of colonies, etc). Any agreement has to be balanced. Europe will not support you in a war of civilizations.

H. Firket (AMPGN, Belgian branch of IPPNW)